Mercredi 19 avril 2006

La vie chrétienne à la maison

Ephésiens 5.22-33 : Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Eglise, qui est son corps et dont il est le Sauveur. Or, de même que l'Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses. Maris aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Eglise et s'est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau, afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable. C'est ainsi  que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même. Car jamais personne n'a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l'Eglise, parce que nous sommes membres de son corps. C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme et les deux deviendront une seule chair. Ce mystère est grand; je dis cela par rapport à Christ et à l'Eglise. Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même et que la femme respecte son mari.

       La vie chrétienne n'est pas une étiquette. A la maison on ne peut pas se cacher, le vrai "moi" finira par sortir. Qui sommes-nous réellement ? On peut être un saint au travail, à l'Eglise et être un monstre à la maison. A quoi ressemble-t-on quand on est à la maison ? On ne devrait pas avoir honte. Vit-on conformément à la Parole ? Ne soyons pas hypocrites. La vie chrétienne doit s'épanouir là aussi. La vie chrétienne est mise à rude épreuve. Si peu ou pas de vie chrétienne à la maison, on ne peut pas avoir de vie chrétienne ailleurs. Quel intérêt pour la famille ? Que puis-je doinner à la famille ? Qu'attend-on de moi exactement ? En tant que chrétiens, dans notre famille, nous avons un rôle à jouer que les parents n'ont peut-être pas eu la possibilité ou la capacité de montrer.

La femme : La soumission est un acte VOLONTAIRE et entière à la disposition du mari. Dieu n'attend pas de nous la contrainte. Si non soumise au mari, il va y avoir du mal à être soumise au Seigneur. Acte de foi, s'il en est ! Une fois soumise sans contrainte, les bénédictions suivent. C'est conforme au plan divin (voir Genèse 2.22-24). C'est la femme qui a été amenée à l'homme et non le contraire.

L'homme : Le rôle de l'homme n'est pas de dominer, d'être un dictateur, d'être autoritaire mais ... d'AIMER la femme. Aimer AGAPE, amour inconditionnel. L'homme doit faire des sacrifices, du don de soi, chercher le bien de son épouse tout comme il cherche le bien d'autrui.

Les enfants : Dans Ephésiens 6.4 : Et vous pères, n'irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur. Les enfants doivent obéir parce que les parents le demandent. C'est le devoir des parents d'exiger l'obéissance. Quand les enfants résistent c'est comme une rébellion à Dieu, quand les enfants obéissent, les promesse de Dieu sont effectives.

                  L'homme face à l'enfant : c'est la RESPONSBILITE du père avant celle de la mère. Ne mettez pas de pression sur les épaules des enfants. Trop de pressions crée les sottises faites en cachette. Elever les enfants avec un esprit semblable à celui de Jésus. Tout ce qie nous disons, nous faisons doit amener les enfants à devenir disciples de Jésus un jour. Expliquons d'abord les choses, pourquoi telle chose n'est pas bien. Dans l'encouragement, il y a plus de force et une grande puissance que dans la brimade continuelle.

Les rapports entre maîtres et serviteurs que l'on peut transposer aujourd'hui par employeur et salarié :

Ephésiens 6.5-9 : Serviteurs, obéissez à vos maîtres selon la chair, avec crainte et tremblement, dans la simplicité de votre coeur, comme à Christ, non pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais comme des serviteurs de Christ, qui font de bon coeur la volonté de Dieu. Servez-les avec empressement, comme servant le Seigneur et non des hommes, sachant que chacun, soit esclave, soit libre, recevra du Seigneur selon ce qu'il aura fait de bien. Et vous mâitres, agissez de même à leur égard, et abstenez-vous de menaces, sachant que leur maître et le vôtre est dans les cieux, et que devant lui il n'y a point d'acception de personnes.

Qu'on soit serviteurs ou maîtres, Jésus est toujours LE MAITRE.

Si chacun se conforme à l'ordre établi - le femme soumise au mari, le mari aime sa femme, les enfants obéissent et les pères encouragent, les esclaves et les maîtres sont respectueux et respectés, alors le monde tournerait comme un petit Paradis sur terre.

Si la femme se met en avant et que le mari ne consent pas au sacrifice pour sa femme, s'il ne dirige pas le couple spirituellement, si chacun néglige son rôle, la vie va devenir une enfer.

Les maris et les femmes : Jésus et Son Eglise : il est vraiment uni à Son Eglise. C'est pour cela qu'il prend soin de nous  (Son Eglise). Jésus nourrit Son Eglise : le mari doit faire de même pour sa femme (spirituellement s'entend). Comment va-t-il la nourrir spirituellement, comment va-t-il l'encourager, la soigner ? En suivant l'exemple de Jésus. Est-ce que le mari peut dire que sa femme lui est soumise ?

Si le mari est le chef de la femme, cela se caractérise par son amour. Si les enfants sont obéissants, ils ne seront jamais perdants.

Colossiens 3.21 : Pères n'irritez pas vos enfants, de peur qu'ils ne se découragent.

          Si le père est trop dur avec ses enfants, ceux-ci vont se décourager, se renfermer. En tant que parents, l'exemple est déterminant. Il ne peut y avoir d'éducation convenable si il y a de mauvaises relations entre maris et femmes. Dieu a prévu plusieurs institutions pour aider les uns et les autres à vivre en harmonie. : La famille : c'est là que se vit la chrétienté en premier lieu, l'Eglise pour la nourriture spirituelle, l'Etat pour l'obéissance aux lois.

Bonne réflexion